L’articulation éthique/déontologie : un enjeu pour l’avenir du coaching

Le coaching connaît actuellement un développement rapide sur le plan professionnel, mais tout le monde ne peut pas être coach ; un bon coach doit respecter l’éthique et la déontologie du coaching.

En quoi consiste le coaching ?

Le coaching se base sur une relation d’aide et d’orientation pour le coaché. Le coaching se base sur une relation d’écoute et de paroles entre le coaché et le coach. Ce n’est pas une psychothérapie. Le coach aide le coaché pour être en confiance avec lui-même. Durant la séance de coaching, le coaché est emmené à se confier au coach, en lui parlant de ses problèmes. Le coach se trouvera alors dans une position assez délicate envers le coaché ; d’où il est nécessaire pour le coach de respecter la confidentialité dans sa profession. Comme tout métier qui entre en relation avec le public, la déontologie du coaching doit être respectée dans tous les sens. Le coach n’a même pas le droit de dire au supérieur du coaché les problèmes de celui- ci. Il donne seulement des directives à suivre.

L’éthique du coaching

Le coach doit être capable de mettre en place sa pratique suivant une éthique qu’il doit de respecter. Car la pratique de coaching induit le coach dans une situation délicate devant le coaché. Ainsi, le respect de l’éthique incite le coach à revoir ses conceptions personnelles et morales envers le coaché. Le coach doit s’imaginer que le coaché peut être sensible, et doit faire en sorte que les pratiques soient adaptées à la situation. Le travail du coach se pose toujours sur une relation d’aide envers le coaché.

La déontologie du coaching

La déontologie du coaching se base sur le respect des droits de l’individu. Le coach, dans l’application de son métier doit se référer aux législations en vigueur dans son pays et à l’international. Les législations indiquent que le coach doit respecter les droits fondamentaux de l’individu tels que : respect de sa dignité, de sa protection et de sa liberté. Tout le monde, devant une situation de crise, peut demander l’assistance d’un coach pour l’aider à surmonter ses problèmes aussi bien sur le plan familial, le plan scolaire ou le plan professionnel. Le coach, en retour doit s’engager à respecter l’autonomie de la personne dans sa prise de décision. Il doit préserver la vie privée du coaché par la garantie de la confidentialité des informations et échanges recueillies auprès de celui – ci.

Choisir un coach : avant tout une question de feeling…
Les basiques de la boîte à outils du coach